Newtown Square, PA 19073-3299 USA
contact@pmi-fr.org

Les Français coincés à la maison donnent un coup de pouce aux sociétés de casinos en ligne

Projet management institut

Les Français bloqués chez eux à cause de l’épidémie de coronavirus frappent les casinos en ligne, donnant un coup de pouce aux opérateurs de jeux virtuels tels que le blackjack et la roulette.

888 Holdings Plc a déclaré mardi avoir constaté une augmentation de l’activité des clients dans les casinos et les opérations de poker qui constituent la majorité de ses revenus, faisant écho aux commentaires faits le 19 mars par la société de technologie des jeux Playtech Plc.

La mise à jour “encourageante” de 888 renforce l’idée que les sociétés de jeu peuvent atténuer les pertes résultant de l’annulation d’événements sportifs, a déclaré Gavin Kelleher, un analyste du courtier Goodbody, dans une note. 888 a obtenu environ 15% des revenus des paris sportifs en 2018.

Les actions de 888 ont grimpé jusqu’à 38% mardi, le plus haut niveau jamais atteint, provoquant une chute qui a suivi le report généralisé des sports, du football aux courses de chevaux, ainsi que des préoccupations plus générales concernant l’impact du virus sur l’économie. Les actions ont chuté de 33 % depuis le début de l’année, ce qui est bien moins que la chute de 77 % enregistrée par le bookmaker William Hill Plc, qui dépend davantage du sport.

Parmi les 888 sociétés les plus proches, Gamesys Group Plc a augmenté d’environ 32 % depuis que la société a déclaré le 17 mars qu’elle voyait “un bon élan dans l’ensemble de l’entreprise”. Mais malgré les commentaires de Playtech, son titre a baissé d’environ 56% au cours du mois dernier.

Les analystes de Peel Hunt, Ivor Jones et Douglas Jack, ont averti la semaine dernière que l’exploitation du casino en direct de Playtech exige qu’un grand nombre d’employés se trouvent au même endroit au même moment, pour exploiter les tables qui sont diffusées en continu aux personnes qui jouent en ligne. Le Royaume-Uni a annoncé lundi une interdiction de tout mouvement inutile de personnes pendant au moins trois semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *