Newtown Square, PA 19073-3299 USA
contact@pmi-fr.org

Le tweet sur les paris sportifs Winamax se fait réprimander par l’autorité française de régulation des jeux

Projet management institut

L’opérateur français de jeux d’argent en ligne Winamax a été mis en garde par les régulateurs locaux à propos d’un tweet peu judicieux que les critiques ont trouvé homophobe. Les meilleures applications de paris sportifs de 2021 en cliquant ici

Samedi dernier, les footballeurs français de l’Olympique de Lyon ont battu Manchester City en quart de finale de la Ligue des champions de l’UEFA. Mardi, le Paris St-Germain a affronté le RB Leipzig en demi-finale et la perspective d’une finale entièrement française se dessinait.

Le flux Twitter officiel de la division des paris sportifs de Winamax a tweeté une image modifiée du groupe français de hip-hop PNL, en superposant les logos des deux clubs français sur les visages des deux frères qui composent le PNL. Le texte d’accompagnement comportait un riff sur les paroles de la chanson Celsius de PNL, modifiées pour lire “we take Europe, we f**k two”.

Le tweet contenait un langage que certains en France considèrent comme une insulte homosexuelle, ce qui n’a pas manqué de susciter une réaction de rejet de la part des médias sociaux. Parmi ceux qui ont dénoncé les propos mal choisis de la société, la ministre française des sports, Roxana Maracineanu, a comparé le tweet de WinamaxSport à du “vomi”.

Une autre députée française, Olga Givernet, a écrit une lettre au Premier ministre Jean Castex pour lui demander de “réagir sans délai” au tweet en suspendant le droit de Winamax à proposer des jeux d’argent dans le pays.

Au début, du moins, le responsable des médias sociaux de WinamaxSport semblait apprécier l’indignation, répondant à la question d’un critique sur la façon dont il appréciait son “dernier jour de travail” en disant qu’il était “payé doublement”.

Certains observateurs ont fait remarquer que Winamax était critiqué pour son utilisation des paroles alors que le duo original du PNL avait échappé à une censure similaire. Cela a conduit à suggérer que les critiques de Winamax feignaient l’indignation simplement parce que le tweet était associé au football.

Mardi, l’Autorité Nationale des Jeux (ANJ) a publié une déclaration selon laquelle sa première lecture du brouhaha était que le tweet “ne semble pas constituer un motif de suspension” de la licence de Winamax.

Toutefois, le régulateur a averti que “compte tenu des risques d’incitation au jeu pour les mineurs que peut comporter une telle communication, l’ANJ sera particulièrement vigilante dans le suivi de la stratégie promotionnelle que Winamax lui soumettra en octobre prochain”. L’ANJ a ajouté qu’il serait “particulièrement bienvenu” que Winamax supprime “immédiatement” le tweet incriminé.

Winamax s’est finalement exécuté en supprimant le tweet, bien que la société semblait déterminée à se lancer dans l’aventure, en disant qu’elle avait décidé de supprimer son tweet “choquant”, “abject” et insupportable”. Les mots entre guillemets sont une référence directe à la lettre que Givernet a envoyée au Premier ministre pour demander la suspension de la licence de la société.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *